Le Parisien : D’ingénieure à Praticienne Méthode Masterson.

partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Equideep Clarisse Prieur Methode Masterson

Juste après mon passage sur France 3 Normandie en Février 2020, j’ai été contactée par un journaliste du Parisien, très intéressé par mon parcours de reconversion.

Comment une Ingénieure en Biotechnologies de la santé ayant travaillé en France et en Angleterre chez Sanofi se retrouvait-elle à devenir l’une des premières françaises certifiées en Méthode Masterson ?

Petite explication de mon parcours et de la Méthode lors d’une rencontre au Parc Equestre des Sablons (27) avec Ulmeria de Montmain et ses propriétaires Natacha et Albane Marchand pour leur seconde séance de cas d’étude.

Cliquez ici pour voir l’article du Parisien.

Retrouvez-ci-dessous l’émouvant témoignage de Natacha Marchand suite aux séances de cas d’études avec Ulméria :

Je suis propriétaire d’une jument de CSO, CCE et dressage.

Avec ma fille, âgée de 19 ans, nous avons croisé le chemin d’Ulméria il y a 7 ans déjà et elle est pleinement entrée dans notre vie. C’est une jument volontaire, combative, réservée qui a évolué en même temps que ma fille et moi.

Un lien excessivement fort nous unit à cette jument qui a sa place à part entière dans notre famille.

Dès lors, nous sommes très attentives à son bien-être, son évolution et son travail dans le bon sens dans le respect de son intégrité physique et morale.

Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Clarisse Prieur qui s’est proposée de pratiquer sur Ulméria du bodywork équin, suivant la Méthode Masterson.

Le principe est d’aider en douceur le cheval à se libérer de ses tensions et restrictions, de se sentir mieux dans sa tête et ses sabots après un « scan » corporel et une identification des zones de tensions et restrictions.

La première séance a montré une jument présentant des tensions tant sur l’avant main que l’arrière-main, une jument stoïque ne se laissant pas aller et quelque peu sur la réserve.

Clarisse a prodigué ses soins pendant près de 3 heures amenant Ulméria à se détendre peu à peu et à montrer les zones sur lesquelles elle souhaitait voir Clarisse s’attarder.

Dès le lendemain, elle était plus souple, plus mobile au niveau de l’encolure et plus relâchée.

Clarisse est intervenue à deux nouvelles reprises à 15 jours puis 6 semaines d’intervalle et Ulméria s’est livrée beaucoup plus aisément, le calme et la douceur de Clarisse l’ont mise en confiance et le bien-être apporté l’a amené à se laisser aller.

A l’obstacle Ulméria était beaucoup plus déliée, disponible ne cherchant pas à se débarrasser de l’obstacle mais prenant le temps de l’aborder avec calme.

Sur le plat, Ulmeria est beaucoup plus détendue, relâchée, se pose moins sur le mors et va au bout de ses actions et allongements.

Naturellement, ceci est le fruit de la complicité, de l’écoute et des soins apportés à Ulméria.

Tout comme notre ostéopathe, notre maréchal ou notre dentiste, Clarisse participe au bien-être et au confort d’Ulméria et concourt à l’amélioration de ses performances.

La pandémie a malheureusement suspendu notre saison de complet toutefois, je suis persuadée que les résultats de cette méthode se feront sentir sur les carrés de dressage notamment et la récupération ensuite des complets.

Natacha Marchand

Derniers articles