Couvrir son cheval : vraie ou fausse bonne idée?

partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
1052D9C7-8BF9-4100-A650-FF2557C2217D

Pourquoi couvrir son cheval? Le faisons nous à bon escient? Quand la science s’en mêle et démèle le vrai du faux sur les couvertures et leurs usages!

Vous avez apprécié mon article sur les protections? 🙂

Dans ce nouvel article, je vais vous parler d’un autre sujet qui fait continuellement débat : c’est celui des couvertures !  Comme à mon habitude, je vous propose ici un résumé d’articles scientifiques et de conférence du Dr David Marlin sur le sujet pour y voir plus clair…

Pourquoi couvrir son cheval?

Il existe plusieurs raisons de vouloir couvrir son cheval :

  • Tenir chaud,

  • Garder au sec (pour les zones tropicales humides du globe),

  • Avoir un cheval propre,

  • Protéger des insectes et du soleil :
    • Une étude a montré que le port d’une couverture en coton légère et de couleur claire permet de significativement réduire les signes d’inconforts liés aux insectes. 
    • Au delà de 25°C, ces chevaux ont significativement montré plus des signes évocateurs de stress thermique : augmentation de la transpiration, de la température rectale, du rythme cardiaque et des comportements liés au stress. 
    • Le port d’une couverture lorsque la température dépasse les 25°C ne remplace pas le libre accès à zone ombragée.

  • Refroidir la température corporelle après exercice :
    • Les études ont démontré que l’usage d’une couverture après exercice n’augmentait pas la dissipation de chaleur. Seule la douche a démontré ses effets. Le port d’une couverture après l’effort augmente le temps récupération en réduisant les échanges thermiques avec l’environnement.

  • En thérapie (couvertures magnétiques, autres thérapies) :
    • Une étude a montré une réduction du rythme cardiaque avant et pendant une situation stressante lorsqu’une couverture magnétique était portée. La variation du rythme cardiaque à elle seule ne suffit pas pour démontrer un effet anti-stress. 
    • Une autre étude a montré que l’utilisation de couvertures magnétiques ne donnait aucun résultat significatif sur la circulation sanguine au niveau musculaire, la température de la peau ni le comportement du cheval par rapport au placebo.
    • Je n’ai trouvé qu’une seule marque de couverture thérapeutique ayant des études cliniques indépendantes publiées. Il s’agit d’une couverture infrarouge de la marque Protechmasta (voir référence en fin d’article). Les résultats obtenus sur le rythme cardiaque, la température corporelle en surface et la réduction de l’inflammation sont significatifs.

  • En récupération, par compression. 
    • Aucune étude n’a été menée chez les chevaux. Nous ne savons pas encore quelle pression est nécessaire pour assurer une récupération par compression efficace.

Homme VS Cheval

Les chevaux sont présents sur l’ensemble du globe et savent s’adapter à tout type de climat. On trouve des chevaux en zones froides pouvant supporter des températures jusqu’à -60°C (Sibérie, Islande). Mais on en trouve aussi dans les zones désertiques arides, où les températures peuvent atteindre les +50°C (Vallée de la Mort).

Alors, comment peuvent-ils aussi bien s’adapter à ces températures difficilement supportables pour nous?

A poil!

Tout d’abord, je pense que tout le monde réalise que la pilosité des chevaux est bien plus importante que la nôtre 🙂

Même si pour nous, le poil est souvent jugé disgracieux et qu’on a tendance à vite lui faire sa fête, il est important de rappeler qu’il joue des rôles précieux comme :

  • Créer une couche isolante d’air autour de la peau,

  • Protéger de l’humidité grâce aux glandes sébacées qui sécrètent comme une “huile” pour renforcer l’imperméabilité du poil et augmenter l’effet isolant.

La taille!

Ensuite, nous savons bien que nos chevaux sont plus grands et plus gros que nous! Même les plus petits d’entre eux ont une plus grande surface de peau que nous (Environ 5m2 de peau VS 2m2).

Mais alors, en quoi la surface de peau est-elle liée à la thermorégulation? C’est de la thermodynamique! Car plus la surface est grande, moins la déperdition de chaleur est importante. Inversement, moins la surface de peau est grande, plus la depérdition est élevée. 

Pour résumer, il est plutôt avantageux d’être grand/ gros dans un environnement froid et petit et fluet dans un environnement chaud. 

La zone de confort thermique

Tout comme nous, les chevaux ont une zone de confort thermique (en anglais : Thermo Neutral Zone ou TNZ). Il s’agit de la plage de température dans laquelle une espèce est à l’aise et peut réaliser ses fonctions physiologiques sans être en thermorégulation active. Il a été montré scientifiquement que cette zone est bien plus large chez le cheval que chez l’homme, ce qui est malheureusement à l’origine d’anthropomorphisme. “Si j’ai froid, alors mon cheval aussi”. 

TNZ homme = 15-25°C 

TNZ cheval = 5-25°C.

Comment mon cheval se thermo-régule?

Généralités thermodynamiques

La thermorégulation : c’est la capacité d’un organisme à maintenir le corps dans un intervalle de température.

D’un point de vue thermodynamique, 4 grands moyens existent pour expliquer les pertes/ gains de chaleur :

  • L’évaporation : Couramment appelée “transpiration”. Il s’agit du mode de régulation le plus efficace! L’évaporation est moins efficace lorsque l’air ambiant est humide. 

  • La convection : L’air circulant autour du cheval permet de réguler la température corporelle. Ce phénomène est particulièrement efficace lorsqu’il y a une petite brise, les apports d’air étant plus importants pour favoriser les échanges thermiques.

  • La radiation : Il s’agit d’un apport de chaleur direct ou par effet rebond. C’est le cas du soleil qui peut directement chauffer la peau, ou apporter un apport de chaleur par effet rebond sur le sol. Le cheval contribue aussi à réchauffer son environnement par sa circulation sanguine, surtout lorsque les vaisseaux sanguins sont dilatés.

  • La conduction : Il s’agit du transfert par contact direct du cheval avec son environnement. La conduction est limitée en posture debout car l’afflux sanguin dans la partie distale des membres est faible. En revanche, celle-ci augmente lorsque le cheval se trouve dans l’eau ou lorsqu’il s’allonge puisqu’une plus grande surface de peau est alors en contact direct avec l’environnement.

Thermorégulation physiologique

L’organisme a des moyens de se thermoréguler :

  • Le métabolisme : le corps utilise l’énergie disponible pour la convertir en chaleur. Celle-ci peut directement provenir de l’alimentation ou être puisée dans les réserves de l’organisme (Comme disait Karadoc, le gras, c’est la vie!). Il a été montré en étude que 80% de l’énergie provenant du métabolisme sert à produire de la chaleur.

  • La contraction musculaire : pendant un exercice ou lors d’un frisson. Elle permet de produire de la chaleur,

  • Les autres fonctions physiologiques : la vasonconstriction ou vasodilatation jouant sur le flux sanguin, la transpiration, la respiration sont d’excellents moyens de thermoréguler le corps.

Thermorégulation comportementale

Outre l’aspect physiologique, les chevaux font aussi preuve d’adaptations comportementales pour se thermoréguler :

  • Se déplacer à l’ombre ou au soleil,

  • Se mettre à l’abri des intempéries/ du vent,

  • Aller boire de l’eau,

  • Se rassembler en groupe,

  • S’allonger, etc.

Mon cheval a-t-il besoin d’être couvert?

Vous avez sûrement déjà vu et utilisé les fameux tableaux guides qui vous conseillent quels types de couvertures utiliser en fonction de :

  • La tonte ou non de votre cheval,

  • La température extérieure.

Vous avez sûrement remarqué que très souvent ces tableaux proviennent des compagnies qui vendent elles mêmes leurs couvertures 🙂

Et si je vous disais qu’ils étaient très largement insuffisants pour réellement dire si votre cheval a besoin ou non d’être couvert?

Lorsque la science s’en mêle, voilà ce que ça donne :

Source : https://agriculture.auburn.edu/news/helping-horses-around-the-globe/

Dans le jargon, on appelle cela un flow chart! Et si ça a l’air compliqué, c’est tout simplement parce que ça l’est! 

Il ne faut pas oublier que nous avons affaire à des êtres vivants et que chaque individu est différent. Il convient donc de toujours analyser chaque situation et ne pas seulement avoir pour guide une tonte et une température extérieure. Pour vous résumer les facteurs à prendre en considération, voici un tableau un peu plus complet 🙂

CritèresCommentaires
MétéoDéperdition de chaleur augmente avec :
– Faibles T°C
– Vent
– Humidité ambiante ou du cheval
TailleDéperdition de chaleur plus importante sur les individus de petite taille
AgeSensibilité accrue :
– Jeunes chevaux
– Vieux chevaux
Condition corporelleChevaux maigres plus sensibles que ceux en surpoids ou obèses
Régime alimentaireLibre accès au fourrage (foin) permettra une meilleure production de chaleur par voie métabolique
RobeRobe sombre = avantage pour absorber la chaleur (radiation)
TontePlus le cheval sera tondu, plus il aura besoin de protection
Accès ou non à un abriAccès à un abri diminue la nécessité de couvrir (thermorégulation comportementale)
Possibilité de mouvementLe mouvement permet la production de chaleur
Historique de santéMaladies chroniques, troubles métaboliques ou phase aïgue = besoin de protection
Variations individuellesChaque cheval est unique!
Certains sont plus sensibles que d’autres

Ce qu’il faut surveiller si votre cheval est couvert

Le port de couverture implique des points d’attention qui peuvent conduire à une diminution du bien-être mais aussi de la performance du cheval :

  • Inconforts (stress thermique, tensions, blessures, gratte) liés aux ports de la couverture
    • Taille mal adaptée,
    • Coupe de la couverture, 
    • Matériau mal adapté,
    • Poids de la couverture, 
    • Grammage trop élevé, 
    • Etc.

  • Problèmes de peau
    • Historique de santé du cheval,
    • Mauvaise hygiène de la couverture,
    • Hygiene du cheval (boue, sueur etc.)

  • Surpoids et obésité
    • Diminution de la perte de poids saisonnière lors du port d’une couverture. Peut poser problème chez des chevaux sujets au surpoids/ à l’obésité.

  • Carences en Vitamine D

  • Diminution des interactions sociales
    • Difficultés pour réaliser le grooming avec les congénères, déprivation d’une source de bien-être.

Et que pensent nos chevaux de tout ça?

Expression des préférences individuelles sur le port ou non d’une couverture en fonction de la météo

Qui n’a jamais pensé “si mon cheval pouvait parler”? Ne serait-il pas pratique que nos chevaux nous disent eux-mêmes s’ils souhaitent ou non être couverts?

C’est ce qu’ont réussi faire une équipe de chercheurs en 2016 en apprenant à 23 chevaux à exprimer leurs préférences sur le fait de porter ou non une couverture au moyen de cibles à toucher grâce au renforcement positif.

A gauche : “Mettre couverture”, Au milieu “Ne rien changer”, A droite “Enlever la couverture”.
Horses can learn to use symbols to communicate their preferences. Mejdell, Jorgensen et al., July 2016, Applied Animal Behaviour Science, 184.
Expression de préférence sur le fait de porter ou non une couverture.
Horses can learn to use symbols to communicate their preferences. Mejdell, Jorgensen et al., July 2016, Applied Animal Behaviour Science, 184.
Souhait des individus sur le port ou non de couverture en fonction de la météo.
Horses can learn to use symbols to communicate their preferences. Mejdell, Jorgensen et al., July 2016, Applied Animal Behaviour Science, 184.

En conclusion :

  • Les chevaux de l’étude ont préféré porté une couverture lorsque la température était faible à modérée et en présence de vent et/ ou de pluies fortes.

  • Par jour de pluie à 5-9°C, sur 22 chevaux, les 10 chevaux couverts ont souhaité le rester. 10 chevaux sans couvertures à l’initial en ont souhaité une. Seulement 2 chevaux ont souhaité rester non couverts.

  • 66,2% des chevaux couverts ont souhaité le rester lors de l’étude.

  • 58,6% des chevaux non couverts ont demandé une couverture lors de l’étude.

  • Par 20-23°C et beau temps, ceux qui avaient une couverture ont souhaité la retirer et ceux qui n’en avaient pas n’ont pas souhaité en mettre une.

Préférences sur les utilisations ou non d’abris en fonction de la météo et du port de couvertures

Deux études ont été menées en 2016 et 2019 pour déterminer les préférences d’utilisation d’abris par des chevaux portant ou non des couvertures.

Voici les conclusions :

  • Sur 22 chevaux tous non couverts avec choix de rester dehors, aller dans un abri conventionnel ou dans un abri chauffé, équipé de lampes Infra-Rouges :
    • 52% des chevaux restent dehors par températures modérées avec vent et/ ou pluie,
    • 88% des chevaux restent dehors par températures <0°C et temps sec,
    • Des tremblements sont observés seulement lors des journées de températures modérées et pluvieuses,
    • Les petits chevaux de selle sont moins dehors (34%) que les petits cobs (80%),
    • Une corrélation significative a été démontrée entre la masse corporelle de l’individu et sa quantité de pelage et ses préférences de mise à l’abri ou non,
    • Les chevaux choisissent l’abri conventionnel par temps de pluie et l’abri chauffé par temps pluvieux et venteux.

  • Sur 17 chevaux tous couverts avec choix de rester dehors, aller dans un abri conventionnel ou dans un abri chauffé, équipé de lampes Infra-Rouges :
    • Même les chevaux couverts ont choisi d’utiliser l’abri (20,6% des observations totales),
    • Le temps passé dans les abris était plus important par temps pluvieux et venteux (39,7%) que par temps seulement venteux (11,8%),
    • Les petits chevaux de selle étaient plus souvent actifs et en mouvement que les petits cobs,
    • Même avec une couverture, les chevaux montrent toujours une préférence à aller se mettre à l’abri en fonction de la météo.

Conclusion : Sommes-nous vraiment de bons juges?

Il existe plusieurs raisons de couvrir son cheval, certaines sont démontrées scientifiquement, d’autres au contraire sont réfutées ou pas encore prouvées! 

Dans tous les cas, il est important de considérer l’ensemble des facteurs pour prendre une décision avisée pour son cheval et être certain que ce soit une vraie bonne idée! La tonte et la température ne sont pas des critères suffisants pour l’affirmer.

A vouloir bien faire, nous faisons parfois involontairement des erreurs qui nous en coûtent le bien-être et la performance de nos chevaux… Ce sont nos fausses bonnes idées!

Une étude a montré que plus le grammage de la couverture était important, plus la température corporelle du cheval augmentait, dépassant la valeur haute de leur TNZ (25°C). Ces chevaux ont démontré des comportements plus agités, en lien avec l’inconfort thermique. Ces résultats n’ont pas été perçus par l’observateur humain mais ont été mis en évidence grâce à un capteur (Orscana©). Il existe de nombreux capteurs validés scientifiquement sur le marché. Ils permettant d’avoir des données en temps réel su nos chevaux, bien plus pertinentes que notre seule perception sensorielle.

Pour conclure cet article, bien que partant de bonnes intentions, il semblerait que nous ne soyons pas bon juges de la nécessité ou non de couvrir nos chevaux, en ne prenant pas assez en compte la variabilité individuelle. Nous ne sommes également pas toujours assez informés de la réalité scientifique, au détriment du marketing de masse. J’espère d’ailleurs que mon article vous aura aidé à y voir plus clair 🙂 Il ne faut donc pas hésiter à utiliser des capteurs validés mais également à mieux observer et comprendre nos chevaux pour nous aider à prendre la VRAIE bonne décision, pour le bien-être de nos chevaux 🙂

Références

Effects of a light-colored cotton rug use on horse thermoregulation and behavior indicators of stress, Journal of Veterinary Behavior, February 2019, Volume 29, 134-139

Management of horses with focus on blanketing and clipping practices reported by members of the Swedish and Norwegian equestrian community, Journal of Animal Science, March 2017

Effect of Showers and Blankets after Exercise on Heat Dissipation in Swedish Standardbred Trotters, Equine Veterinary Journal, June 2014, 46, 12-13

The effect of a static magnetic rug on the heart rate of horses, Journal of Veterinary Behavior Clinical Applications and Research, October 2011, 8 (2)

Does a magnetic blanket induce changes in muscular blood flow, skin temperature and muscular tension in horses? Equine Veterinary Journal, May 2015, 47 (3), 302-307

Thermoneutral zone and critical temperatures of horses, Journal of Thermal Biology, February 1998, Volume 23, 59-61

Are we over-rugging? A preliminary research article into how rugging affects clipped, stabled horses using the Orscana© rug-monitoring device, Hartpury Student Conference, March 2018

Preference for shelter and additional heat in horses exposed to Nordic winter conditions, Jorgensen, Aanensen et al., Equine Veterinary Journal, November 2016, 48(6):720-726.

Horses can learn to use symbols to communicate their preferences. Mejdell, Jorgensen et al., July 2016, Applied Animal Behaviour Science, 184.

The effect of blankets on horse behaviour and preference for shelter in Nordic winter conditions, Mejdell, Jorgensen et al., June 2019, Applied Animal Behaviour Science, 218.

Lien vers articles sur couverture Infrarouge Protechmasta :

https://www.researchgate.net/profile/Sandie_Chambers3

Lien vers article IFCE :

Derniers articles