Adaptation du bridon : Bien-être et Performance

partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
horse eye - soft focus with film filter

Vous connaissez sûrement le « saddle fitting ». Mais connaissez-vous le « bridle-fitting » (adaptation du bridon)? Et ses impacts sur le bien-être et la performance de votre cheval à long terme?


J’ai assisté au webinar du Dr Russell MacKechnie-Guire (Centaur Biomechanics) pour présenter leurs résultats d’études sur « L’adaptation du bridon et ses effets sur la performance ». En voici un petit résumé pour vous 🙂

Notions anatomiques

Qui dit « adaptation de bridon » dit prise en compte de l’anatomie et la morphologie de votre cheval. 

Voici quelques mots clés pour vos échanges avec vos professionnels de santé et de bien-être. 

Modèle photo : Prouesse (Propriétaire Rachel Vigot)
Source de l’image en fond : « Suffering in silence » par Jochen Schleese

Les muserolles

Les muserolles couramment observées

Modèles photos : Aussie et Arko (mes anciens chevaux), Louis (propriétaire Grace Denny) et Jerry (propriétaire Grace Gerry)

Centaur Biomechanics a comparé les pressions exercées sur la tête en fonction du type de muserolle (à ne pas confondre avec le serrage excessif). Voici leurs résultats, dans l’ordre du plus vers le moins de pression relevée :

  1. Muserolle standard (Française, Anglaise) : pic de pression au niveau de la boucle de la muserolle. D’autant plus élevée si muserolle fine et peu rembourée,
  2. Muserolle combinée : pic de pression directement sur l’os nasal, au niveau des boucles et sous le menton,
  3. Muserolle Micklem,
  4. La muserolle allemande (Drop),
  5. La muserolle croisée (Grackle, Mexicaine).
Source de l’image en fond : « Horse anatomy for performance » par Gillian Higgins

Le positionnement

Qu’importe la muserolle choisie, il faut s’assurer de son bon positionnement. Notamment vis-à-vis de la crête faciale et des nombreux nerfs présents au niveau de la tête (voir schéma ci-dessous).

Les nerfs très souvent mentionnés en bridle-fitting sont : le nerf trijumeau (également impliqué dans le syndrome de “head-shaking”) et le nerf facial. Votre bridle fitter saura effectuer les palpations nécessaires pour repérer ces structures et ainsi optimiser le positionnement de votre muserolle.

Source : https://vetphysiophyle.co.uk/2019/04/04/equine-cranial-nerves/

Le serrage

L’autre paramètre clé à prendre en compte est évidemment le serrage de la muserolle. 

Centaur Biomechanics a réalisé 737 mesures sur des poneys et chevaux de Dressage et Complet (y compris à niveau international) avec l’outil de mesure International Society for Equitation Science (ISES). Cet outil permet de supprimer la subjectivité de la mesure en “doigts” de l’espacement entre le chanfrein et la muserolle :

Outil de mesure ISES
  • 44% avaient une mesure de 0 (aucun espacement)
  • 23% avaient une mesure de 1 doigt
  • 6.9% avaient une mesure de 2 doigts

L’étude a également montré que les muserolles serrées à moins de 2 doigts étaient plus fréquemment observées dans les disciplines suivantes :

  1. Le Complet,
  2. Le Dressage,
  3. Le Hunter.

Le serrage de la muserolle lève des débats parfois houleux dans notre communauté équestre. Pourtant les recherches scientifiques ont démontré les effets néfastes d’un serrage excessif sur la performance, le bien-être et le niveau de stress du cheval. Fort heureusement, cette prise de conscience se traduit progressivement dans notre communauté, dans toute discipline et à tout niveau :

« La muserolle est ajustée sans serrer, c’est-à-dire permettant le passage d’un doigt entre la muserolle et le chanfrein. Un serrage excessif est considéré comme un mauvais traitement et peut être éliminatoire.”

Réglementation des concours de Dressage de la FFE du 01/09/2020

Même si certains de nos pays voisins recommandent la valeur de 2 doigts (selon outil ISES), il me paraît indispensable qu’a minima cette valeur de 1 doigt rentre dans le quotidien de chacun pour le bien-être de nos chevaux. Que vous soyez cavalier compétiteur ou de loisir.

Je suis moi-même équipée de l’outil de mesure ISES. N’hésitez pas à me le demander lors de notre prochaine séance pour que nous vérifions ensemble le serrage de votre muserolle 🙂

Si vous souhaitez vous en procurer un (£10 l’unité + livraison) : https://equitationscience.com/store/taper-gauge

Les lésions buccales

Un impact discipline?

L’étude de Centaur Biomechanics a montré que le Dressage était la discipline dans laquelle le plus grand nombre de lésions buccales étaient observées, en lien avec le serrage excessif de la muserolle observé dans cette discipline mais aussi l’emploi de la bride.

Modèle photo : Jerry (propriétaire Grace Gerry)

Avec ou sans muserolle?

De nombreux cavaliers font le choix d’un bridon sans muserolle. L’étude de Centaur Biomechanics a toutefois montré que le risque d’avoir des lésions buccales avec un bridon sans muserolle augmentait de 2.55 fois! Pourquoi?

Et bien parce que contrairement à certaines idées reçues, la muserolle n’a pas qu’un rôle esthétique mais assure un rôle stabilisateur du bridon et du mors. Son absence augmente l’instabilité et donc le risque de lésions buccales associé.

To bit or not to bit? (Avec ou sans mors)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le choix d’un bridon “bit less” (sans mors) n’a pas démontré de meilleurs résultats sur les lésions buccales par rapport à un bridon avec mors. Pourquoi?

Parce que la problématique de serrage n’est pas le propre des bridons classiques. Avec ou sans mors, un bridon mal adapté et/ ou trop serré pourra créer des pressions à l’origine de lésions notamment au niveau des prémolaires ou des commissures.

A ce sujet la communauté scientifique et vétérinaire sensibilisent sur la nécessité d’assurer un bon suivi dentaire, mors ou pas!

La têtière

Le positionnement et la forme

Là encore, l’attention portée à la morphologie de votre cheval est clé pour déterminer si votre tétière est adaptée ou non. La têtière doit passer au niveau de la nuque en n’exerçant toutefois pas de pression sur l’aile de l’Atlas (également appelé Première Cervicale ou C1). La largeur de la nuque varie selon les chevaux.

Les bridons “anatomiques” sont présents en force de nos jours sur le marché et ont généralement des têtières larges et rembourrées. Cela ne peut toutefois pas garantir que la tétière sera adaptée à votre cheval. Il est primordial d’essayer le bridon et de s’assurer qu’il corresponde à votre cheval et son anatomie et ne pas juste se fier à une appellation marketing. Cette notion a elle-seule ne peut garantir la bonne adaptation à votre cheval.

Les tétières présentant des lanières de cuir rondes ou des boucles au niveau de la nuque présentent des pics de pression localisés associés. Elles sont donc à éviter.

Les pressions (nuque VS ATM)

Il est couramment assumé (grâce au marketing) que les pressions les plus importantes sont observées au niveau de la nuque du cheval. Or, les études menées par Centaur Biomechanics ont démontré que les pressions les plus importantes étaient en réalité relevées non pas au niveau de la nuque, mais aux Articulations Temporo Mandibulaires (ATM).

Les ATM sont des jonctions clés d’un point de vue nerveux, circulatoire et musculaire. Il faut donc tenir compte du positionnement du frontal vis-à-vis de ces articulations mais aussi, comme nous l’avons vu, du positionnement et serrage de la muserolle qui impactent également les ATM.

Muserolle au-dessus ou en-dessous?

Il a été observé qu’une muserolle passant en-dessous de la tétière (au contact direct de la nuque) crée un point de pression.

Au contraire, la muserolle passant au-dessus de la tétière permet une diminution de la pression observée et donc une amélioration de la performance.

Les bonnets

Les bonnets sont souvent présents sur les terrains de concours. Pourtant saviez-vous qu’ils influent eux aussi la performance de nos chevaux?

Si vous choisissez d’en porter en concours, pensez à vérifier :

  • Les ATM de votre cheval, en s’assurant que ni le bonnet ni la boucle ne causent de pression supplémentaire à leurs niveaux,
  • Que le bonnet soit à la taille des oreilles de votre cheval,
  • L’adaptation du bridon et du mors suite à l’ajout du bonnet. En effet, l’ajout d’un bonnet peut provoquer une élévation du mors jusqu’à 1 cm!
Modèle photo : Louis (propriétaire Grace Denny)

Conclusion : Les effets positifs d’un bridon adapté

  • Répartition homogène de la pression au niveau de la tête et diminution du pic observé aux ATM
  • Augmentation de la flexion au niveau du carpe (genou) et tarse (jarret) https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0737080615005535
  • Amélioration globale de la locomotion 
  • Amélioration de l’engagement des postérieurs 
  • Augmentation de la stabilité de la colonne vertébrale
  • Diminution du stress

J’espère que cet article vous aura permis de mieux appréhender l’importance de l’adaptation du bridon, son effet sur le bien-être et la performance du cheval 🙂

N’oubliez pas que chaque cheval est unique! Ce qui correspond à un cheval peut ne pas correspondre au vôtre.

N’hésitez pas à vous faire accompagner par un bridle-fitter professionnel qui vous aidera à choisir un bridon adapté à votre cheval.

Contact pour les Normands :

https://morsetbridonconseil.wordpress.com

Pour les autres régions : Annuaire Association Française de Bit/ Bridle Fitting :

https://www.bitfittingfrance.com/programmes

Addict aux webinars? Pour aller plus loin :
Webinar IFCE du 15 Septembre 2020 : « Serrer la muserolle, une habitude contre nature »
Webinar No. 118. Wendy Murdoch & Stephanie Pankova DVM du 22 Octobre 2020 « Bit Fitting and Equine Health Care » (En Anglais)

Derniers articles